Pourquoi je ne me maquille (presque) pas

Mon premier instinct aurait été de résumer la réponse en un simple “parce que ça ne sert à rien ! Voilà.” Quand même je ne suis pas aussi simpliste.

D’abord pour ma part, cela n’a rien de nouveau ni n’est en rapport avec le mouvement grandissant “no make up” contre l’injonction à être glamour (que toutefois je salue tant qu’il n’ouvre pas à de nouvelles injonctions). Je ne tiens pas non plus à écrire un pamphlet hypocrite sur le concept de féminité soi disant révélée au naturel, on ne va pas se mentir, le maquillage a une fonction précise d’embellissement et il n’y a aucune raison à priori de ne pas en profiter.

D’aussi loin que je me souvienne, je ne me suis jamais vraiment intéressée au maquillage bien au contraire. A observer ma mère pour qui il était l’expression même de la féminité, elle-même définition d’élégance et d’allure, j’allais à bride abattue vers un modèle de femme adulte à la réplique tenace. J’aurais pu tomber dans un banal mimétisme, au lieu de ça je m’égarais dans une sombre construction de moi-même qu’on appelle personnalité. Mince alors, voilà que je m’interrogeais sur une autre façon d’être femme et que ma réponse avait le visage nu (et le corps fardé de ponchos bohèmes). Autant dire que me parler de maquillage c’était comme faire manger du cheval à un végétarien. Tout comme je ne me suis jamais sentie obligée de rien, le maquillage suivait tranquillement cette tendance. 

Pour se justifier de ne pas se maquiller, on entend souvent des femmes (oui pour l’instant on limite son utilisation sociale uniquement à cette catégorie d’êtres humains,avec les clowns et les présidents des états unis orange ) dire “je trouve ça très joli chez les autres mais sur moi ça fait vite vulgaire”. Alors chez moi pas du tout figurez vous, voir je trouve même ça plutôt joli si pas réalisé avec du plâtre kaki et une truelle. Attention à ne pas se méprendre, si revendiquer son visage sans maquillage a l’air d’un acte féministe, l’inverse l’est tout autant ; il n’y a pas de paradoxe dans la féminité, on a le droit de lire Simone de Beauvoir en appliquant des petits coeurs pailletés sur ses yeux. (Mais pas Virgnie Despentes, faudrait pas abuser dans le cliché non plus). Rien ne pose problème pourvu que nos choix soient le reflet d’une réflexion consciente et assumée et pas d’une fragilité intérieure. 

Depuis ses origines, le maquillage est porteur de symboles qui ont évolué mais qu’on a jamais cessé d’associer au domaine du beau, à une représentation de l’idéal, une apparence glamour. C’est donc une attente irréaliste puisqu’il altère par définition l’apparence. Il est une forme d’art, parfois de revendication mais tout comme les talons et les bijoux, doit rester un accessoire qui ne peut pas déterminer notre identité, et pour les femmes, notre féminité. Maquiller doit d’abord être un acte de plaisir pour soi et pas pour aller chercher dans les yeux de l’autre une assurance réveillée par les nymphes du marketing cosmétique. 

Dans ma démarche je conviens que le choix du naturel consent à un principe : avoir une confiance en soi suffisamment exacerbée pour habiter son visage sans avoir besoin de rien pour le sublimer (moyennant quoi cela nécessite de traiter sa peau comme une créature hybride entre la femme japonaise et le vampire, à passer sa vie à l’ombre avec une visière et un indice 50). Oui monsieur, oui madame, chacun ses traumas et Dieu pour tous. C’est l’expression d’une philosophie globale, une vue d’ensemble sur l’ existence. De quoi ai-je besoin et de quoi ai-je envie ? Tout est question de nuance. Prenez la truffe par exemple, elle peut rapidement sublimer voir performer n’importe quelle tagliatelle fadasse mais elle peut aussi vite devenir envahissante et prendre le goût de tout. Et de vous à moi, les truffes, si c’est légitime d’en avoir envie, on en pas vitalement besoin. Par analogie à l’amour, le maquillage est à la femme ce que l’homme (ou la femme) est au couple : sans, nous sommes -quand même- des êtres complets et avec, tout est sublimé. 

Bichement vôtre


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s